lundi 22 juillet 2019

Constellations de rêves


La première fois, il y a plus de 10 ans, que j’ai participé à une session de constellations familiales, j’ai été proprement esbaudi. J’en suis sorti en marchant pour ainsi dire sur les mains. Je me disais : « voilà, on a trouvé l’appareillage expérimental qui prouve la dimension collective de l’inconscient ! » En physique, rien n’importe plus que l’appareillage expérimental. On peut développer toutes les théories que l’on veut, se livrer à des calculs infiniment complexes mais tant qu’on n’a pas élaboré l’expérience qui prouve la théorie, celle-ci reste du vent. Par exemple, l’existence du boson de Higgs a été postulée mathématiquement en 1964 mais n’a été démontrée qu’en 2012 dans ce qui relève d’un exploit absolu de la science expérimentale grâce à l’utilisation du Large Hadron Collisionner du CERN, un énorme dispositif permettant de faire entrer en collision des protons à haute énergie, qui a requis la collaboration de milliers d’ingénieurs et de chercheurs. Et voilà donc que, pour mettre en évidence une caractéristique fondamentale de la conscience, il suffit d’une poignée d’humains jouant à un drôle de jeu, me disais-je en jubilant. Et puis j’ai assez vite déchanté : bien sûr, si le dispositif expérimental repose sur des humains, cela ne prouvera rien à ceux qui ne se livrent pas à l’expérience. Je n’ai pas fini de réfléchir à ce paradoxe de la nature de la conscience, qui veut que l’on ne puisse l’approcher qu’au travers de la subjectivité. Mais dès lors, j’ai commencé à penser aussi à la possibilité de consteller un rêve, de le travailler en constellation systémique. 

Le principe du travail en constellation est de représenter un système d’interactions psychiques au travers de personnes qui se prêtent au jeu en tant que représentants, et d’observer par là les dynamiques propres à ce système. Le champ d’application le plus connu de cette méthodologie est la thérapie familiale, si bien que cette approche a été popularisée sous le nom de « constellation familiale » qu’on assimile improprement à une forme de psychothérapie fondée sur des jeux de rôles et des psychodrames. Je dis « improprement » car cette définition évacue le principal intérêt des constellations qui tient au fait que les représentants ne jouent pas de rôles théâtraux mais sont affectés par des ressentis qui ne peuvent être compris que dans le cadre de l’observation du système représenté. La méthode des constellations familiales a été mise au point par Bert Hellinger, un ancien prêtre converti à la thérapie. Elle s’intéresse à la mise en lumière des conflits dans un système familial en tenant compte de sa dimension transgénérationnelle mais aussi de tous les éléments participant à l’inconscient de ce système. Ainsi, s’il a fallu qu’un amant s’écarte ou meure pour que se rencontrent le grand-père et la grand-mère dont l’union a abouti, quarante-cinq ans plus tard, à la naissance de la personne dont le système est constellé, il sera tenu compte de cet amant dans la représentation, qui encore une fois n’a rien à voir avec une simple mise en scène. 

Lors d’une session de constellation familiale, toutes les personnes impliquées dans le système familial sont représentées par des représentant.e.s qui ne savent rien d’eux. Une fois qu’ils ont été disposés dans l’espace, on observe les interactions, et en particulier qui voit qui, qui est en relation avec qui. Mais surtout, on interroge chacun.e des représentant.e.s sur leur ressenti, et alors, on entend souvent des choses surprenantes, comme si le représentant était « branché » directement sur le vécu de la personne représentée, qu’elle soit vivante ou décédée, présente ou absente. Il n’est pas rare que des secrets familiaux soient révélés dans ce qui ressemble à des séances de médiumnité collective, et cependant en diffère fondamentalement car il n’est normalement aucun ego sur patte pour prétendre là être « le médium », avoir des capacités particulières de voir dans l’invisible. Toutes les personnes impliquées dans la constellation médiatisent le système, et l’invisible parle tout seul. Tout l’art de la personne qui facilite le travail est alors de mettre en évidence les dynamiques, de dénouer les nœuds relationnels, de faire en sorte que tous et toutes soient vu.e.s et entendu.e.s, de redonner à chacun.e.s sa place dans le système, d’aider à la reconfiguration de ce dernier. Non seulement la personne qui fait consteller son système familial ressort souvent transformée de la session, mais il est fréquent que des personnes distantes soient affectées au travers de fortes synchronicités, que des relations évoluent soudainement de façon surprenante.

J’ai été représentant à quelques reprises dans des sessions de constellation familiale et j’ai été à chaque fois impressionné par la force des ressentis émotionnels et corporels qui m’ont alors affecté sans que je ne puisse leur trouver de cause autre que l’implication dans le système. Je me souviens d’une fois où je me suis senti vidé de toute énergie, les jambes molles et le ventre en révolution, dès que j’ai été désigné pour représenter l’oncle d’une constellante. Je suis entré dans l’espace du système à reculons, avec l’envie de me cacher jusqu’à ce qu’une énorme colère me prenne quand j’ai été mis en face de la personne qui représentait le grand-père. Cela s’est éclairci quand j’ai appris que cet oncle était mort dans les Aurès après avoir tout tenté pour échapper à la guerre d’Algérie, et avoir subi les brimades et moqueries de son père, militaire qui s’estimait déshonoré par ce pacifiste. Il a fallu que je hurle cette colère qui était devenue mienne, et qu’enfin mon « père » me prenne dans ses bras pour que je sois apaisé, et en même temps que moi, la constellante a été soulagé d’un énorme poids qui lui ôtait tout désir de « se battre » dans la vie. 


Mais l’expérience la plus déterminante pour moi a été la constellation d’un poème de Hafiz. J’assistais, en tant qu’observateur, à une session de formation en constellations quand la formatrice a lu un poème et a demandé qui voulait le consteller. J’ai été fort surpris de sentir ma main se lever d’elle-même. Je ne vous raconterai pas ce travail par le menu car ce serait bien trop long. Je peux dire qu’il a transformé ma vie en mettant en lumière une dynamique qui m’était complètement inconsciente. Je me souviens de mon émotion quand j’ai réalisé que l’homme que j’avais désigné pour me représenter ressentait l’angoisse qui me travaillait alors bien souvent. Il était devenu pâle comme un linge, et ses yeux soudain étaient emplis d’une tension que je connaissais trop bien. Je suis allé m’excuser auprès de lui à la fin de la session de lui avoir infligé cette épreuve, ce à quoi il a souri : il était habitué à se prêter à ce travail. Mais l’enseignement le plus remarquable que j’ai retenu de cette session a donc été que l’on peut consteller tout ce qui participe à un système psychique, incluant par exemple la relation à l’argent ou à l’amour, un poème ou un film qui nous inspire, un rêve, etc. C’est à partir de là que j’ai commencé à songer sérieusement à la possibilité de consteller un rêve. Et la nuit suivante, comme en écho à ces interrogations naissantes, j’ai rêvé que ma femme, mes filles et moi-même nous tenions chacun dans un coin d’une pièce, comme si nous occupions chacun une place dans un espace défini. Il s’agissait clairement que nous entrions en relation les un.e.s avec les autres. J’ai compris alors ce rêve comme me proposant une direction de travail, mais je ne saisissais pas bien encore quelle elle pouvait être. 

A partir de là, j’ai donc commencé à me renseigner sur le travail des rêves en constellation. J’ai entendu parler de plusieurs praticiens qui s’y essayaient mais je n’ai jamais eu l’occasion d’échanger avec aucun d’eux. Il m’a fallu faire mon propre chemin avec ça. Après avoir étudié plus en profondeur le travail de Bert Hellinger, j’ai commencé à me livrer à différentes expérimentations voilà un peu plus d’un an. J’ai eu la chance de pouvoir approfondir ces expérimentations avec un petit groupe de recherche au cours de la dernière année, et mon approche théorique du rêve en constellation a été enrichi de façon décisive par les travaux de Robert Bosnak, dont je parle dans mon article précédent : au-delà de l’interprétation des rêves. Bosnak met en lumière le fait que le rêve est un écosystème de subjectivités qui se caractérisent par des sensations corporelles, des émotions et un langage spécifiques, des postures singulières tant physiques que psychologiques, une façon de voir les choses, un « point de vue » dans une dynamique complexe tissée de multiples points de vue.  Ce n’est que récemment, avec l’aide de ce petit groupe de recherche qui s’est prêté à l’expérimentation en laboratoire, que j’ai vu émerger une forme satisfaisante du travail d’un rêve en constellation. L’ingrédient essentiel s’est avéré être le corps, c’est-à-dire l’attention scrupuleuse accordés, au cours du déploiement de la constellation, aux ressentis émotionnels et surtout corporels de la personne qui constelle son rêve.

Voici, à partir de l’exemple d’un rêve déployé en constellation, une présentation rapide de la méthodologie. La rêveuse est une femme en pleine transition de vie, qui se cristallise tout particulièrement dans une violente crise professionnelle. Elle reçoit alors ce rêve :

Je suis sur un lieu sinistré dont je fais le tour comme pour y faire mes adieux. Je suis en hauteur. Le lieu est inerte, désert, triste et froid, une eau glauque noirâtre a envahi les lieux au sol.

Je suis habillée d’une façon élégante et raffinée qui me va bien. Je ne suis pas atteinte par cette noirceur.

Je perçois que mes collègues dirigeants sont là, je ne les vois pas sauf celle qui assure l’intérim de mon poste de direction et qui m’aperçoit. Elle me lance «  tu es belle ».

Je m’approche alors de ma petite valise rouge qui est ouverte, où un grand sac de terreau universel prend toute la place. Je me dis que ce terreau n’est plus adapté à la situation à venir et je le remplace par un sac plus petit d’engrais pour rosiers.

Le rêve est d’abord accueilli dans une loge de rêves où, sans analyse ni prétention à l’interprétation, les membres du cercle lui font écho dans leur ressenti et leur imaginaire. Il en ressort une évocation de la fertilité des eaux noires, puis du terreau et de l’engrais, et une invitation à cultiver son jardin en y faisant pousser des roses. Bien sûr, le contexte de la crise professionnelle que vit la rêveuse s’impose, mais le rêve lui donne une perspective existentielle plus profonde. Une carte du Symbolon tirée au début de la session par la rêveuse symbolisait merveilleusement son sentiment de passer en jugement dans son ancien travail :


Le conflit ressort dans la présence en arrière-plan des collègues dirigeants, mais ils sont comme dépotentialisés (invisibles) et l’accent est mis sur sa belle persona (le fait qu’elle soit bien habillée) ainsi que surtout sur l’affirmation « tu es belle » que lui lance celle qui l’a remplacée. On peut voir là une symbolisation de la résilience de la rêveuse, éventuellement compensatoire de la blessure du jugement, qui la conduit à envisager l’avenir autrement. Elle reconsidère ce qu’elle emmène avec elle, son bagage. Et finalement, elle semble dès lors invitée à faire ce qu’elle aime, car les roses sont le symbole de l’amour, non seulement romantique mais surtout comme tenant du désir secret de l’âme, et qu’à ce point dans sa vie, le « terreau universel » n’est plus adapté. Il s’agit peut-être de sacrifier le désir d’être capable de tout faire pour se concentrer sur les rosiers et les roses. Dans le contexte du jugement, il pourrait bien s’agir d’une invitation à laisser tomber la culpabilité de ne pas « y arriver » dans son ancien emploi, pour s’occuper plutôt de faire ce qui est important pour elle. Mais même si le rêve montre clairement une dynamique positive, sa compréhension ne permet pas à la rêveuse d’échapper au sentiment d’être aux prises avec les eaux noires de l’inconscient. Nous avons donc décidé de concert de consteller ce rêve qui se prête très bien à ce genre de travail. 

Pour ce faire, il faut commencer par recenser tous les symboles du rêve et désigner pour chacun d’eux, en commençant par le « moi de rêve » de la rêveuse, un représentant. Tous les éléments du rêve, incluant les lieux et les objets inanimés, peuvent être représentés, selon le principe qui veut que tous les éléments du rêve font partie de la psyché qui rêve. Ce sont autant d’éléments distincts de subjectivité auxquels il s’agit de donner voix, et que le rêve, amplifié par la constellation, met en relation. Ici, la rêveuse a désigné des représentants pour elle-même, le lieu sinistré, l’eau glauque et noirâtre, les habits de la rêveuse, les collègues dirigeants, la directrice qui la remplace, la valise rouge, le sac de terreau universel, le sac d’engrais pour rosiers. Idéalement, il faut désigner un représentant distinct par symbole, mais il est possible qu’une personne représente plusieurs symboles, ce qui a été notre cas lors de cette pratique car nous étions un nombre insuffisant.

Une fois les représentants désignés, la rêveuse lit le rêve phrase après phrase, en prenant le temps de bien ressentir ce qui se passe en elle à chaque étape. Et, au fur et à mesure de l’activation des symboles, les représentants entrent en scène et vont se positionner selon leur intuition et leur ressenti. Ainsi, la première phrase fait entrer en jeu la rêveuse et le lieu :

Je suis sur un lieu sinistré dont je fais le tour comme pour y faire mes adieux. 

Les personnes représentant la rêveuse et le lieu sont interrogées sur ce qu’elles ressentent tandis que la première tourne autour de la seconde. La principale difficulté à ce point est de s’en tenir aux ressentis et d’éviter les élaborations mentales en forme de : « je pense que... ». Ce sont les ressentis physiques et émotionnels qui nous intéressent, pas ce que les représentants imaginent. Ici par exemple :

- rêveuse : j’ai les jambes lourdes, j’ai du mal à avancer…

- lieu : je me sens vide, abandonné…

… Une eau glauque noirâtre a envahi les lieux au sol.

La personne qui a représenté l’eau noirâtre dit qu’elle se sentait irrésistiblement attiré par la terre, avec le besoin d’être enterrée. Elle s’est retrouvée couchée en croix sur le sol dans le besoin d’être accueillie par la terre, de s’en remettre à celle-ci. La terre dès lors sera un des fils conducteurs du rêve jusqu’au sac d’engrais en fin de celui-ci. La représentante de la rêveuse exprime à son tour sur ce qu’elle ressent en présence des eaux noires, et finalement, la rêveuse est interrogée sur son senti corporel. Elle a la gorge bloquée, c’est un ressenti fort et elle semble avoir du mal à respirer. Ce ressenti va évoluer tout au long de la session au fur et à mesure de ce que le rêve est déployé. Nous allons suivre l’évolution du blocage énergétique qui va descendre dans le plexus.

On procède ainsi phrase après phrase, en interrogeant les représentants sur l’évolution de leurs ressentis dans chaque étape. Ainsi, il est intéressant de savoir ce que ressent la personne représentant la rêveuse quand il s’avère qu’elle est en hauteur, puis quand il est dit qu’elle est habillée de façon élégante et raffinée, quand elle est complimentée par la directrice, quand elle constate qu’un grand sac de terreau universel prend toute la place de sa valise rouge, etc. Au fur et à mesure de leur intervention, l’eau glauque et noirâtre, les habits, les dirigeants, la directrice, la valise rouge, le sac de terreau et le sac d’engrais sont aussi interrogés sur leurs ressentis. On prête attention aux moindres modifications de la configuration, et par exemple, il faut interroger le sac de terreau sur comment il se sent de prendre toute la place, puis à l’idée d’être remplacé par un petit sac d’engrais. 

Mais le point clé du travail du rêve en constellation tient à la nécessité de revenir régulièrement, étape après étape, aux ressentis émotionnels et surtout corporels de la personne dont le rêve est constellé. Sans ce retour, le rêve est essentiellement objectivé par la représentation des symboles, c’est-à-dire que ceux-ci deviennent extérieurs à la personne qui a rêvé. On en arrive alors facilement à l’impression que le rêve est objectif, et par exemple dans notre cas, qu’il parle essentiellement de la situation de crise professionnelle que vit la rêveuse. Pour éviter cet écueil, il faut interroger la rêveuse sur ce qu’elle ressent à chaque fois qu’elle a lu une phrase, mais aussi et surtout après que les représentants se soient exprimés, et en prêtant donc particulièrement attention aux ressentis corporels qui ancrent l’énergie du rêve. C’est là que l’on relève les évolutions les plus significatives, semble-t-il. Ainsi la rêveuse, que j’interrogeais sur les temps forts qui lui restaient de cette expérience après plus d’un mois, m’écrit-elle récemment :

« Les temps forts étaient les ressentis dans le corps, très impressionnant de constater comment l’énergie bloquée dans la gorge et le plexus avec une forte pression dans la poitrine au niveau du thymus pouvait à nouveau circuler lorsque les participants me renvoyaient eux-mêmes leurs impressions, ressentis. Comme un verrou qui sautait pour laisser apparaître la blessure du cœur avec une forte sensation au niveau d’une porte du cœur qui cherchait à se décristalliser... » 

La décristallisation s’est faite dans « un feu d’artifice », selon ses propres mots, quand l’énergie est descendue dans le ventre en même temps que nous en venions au remplacement du terreau universel par l’engrais pour rosiers. La gorge et le plexus se sont alors libérés avec des impressions de forces et de lumières intérieures au corps et qui sont allées avec une libération perceptible de la tension. Tout le groupe pouvait ressentir que quelque chose était transformé, l’atmosphère générale avait changé, s’était joyeusement allégée. Je n’ai pas eu besoin d’aller au bout du protocole de Bosnak et de demander à la rêveuse de juxtaposer les différentes sensations pour tenir tous les éléments subjectifs du rêve ensemble, la dynamique de transformation s’est enclenchée d’elle-même. On pouvait sentir qu’un étau venait de se desserrer. Ici, il faut souligner que le support du groupe est essentiel car le vécu du groupe donne une enveloppe objective, dans lequel l’inconscient vivant est reflété à la rêveuse, à son expérience intérieure. Quelques jours plus tard, comme je venais de lui demander la permission de parler de sa constellation dans ce blogue, elle écrit :

« La magie de la constellation en lien direct entre le ressenti des participants et le ressenti dans mon corps apporte une réelle alchimie qui harmonise la libre circulation de la Vie potentialisée en un feu d’Artifice où tous les possibles fusent comme l’eau féconde qui jaillit de la source. »


Les bénéfices de ce travail dans le déploiement d’un rêve sont remarquables et réclament des recherches plus approfondies. D’emblée, il y a une distanciation de la rêveuse d’avec son rêve qui prend vie devant ses yeux dans un théâtre symbolique. Elle fait face à l’inconscient du rêve qui, en prenant forme, devient partageable et symbolisable sans injonction ni directivité, dans un mode rodgérien. Le danger là, du point de vue du travail avec le rêve, serait d’objectiver les symboles c’est-à-dire d’en faire quelque chose d’extérieur, ou plus précisément de séparée, de la rêveuse. D’où le retour fréquent aux sensations corporelles de la rêveuse qui nous met en contact avec le mouvement intérieur du rêve au profond de la rêveuse, et permet finalement d’incorporer le rêve, d’en ancrer l’énergie dans le corps. C’est une démarche complémentaire de l’analyse, qui ne l’invalide pas, mais qui la complète et amène la compréhension du rêve à un autre niveau, plus cellulaire. Elle porte encore la rêveuse des semaines après, lui donnant un support sur lequel s’appuyer au travers des péripéties de la transition. Car le rêve est une réalité vivante.

Les ressentis corporels, et accessoirement émotionnels (mais ils ne priment pas), nous offrent des indicateurs extrêmement sensibles de la force des symbolisations dans un espace dégagé de tout filtre d’interprétation toute faite où les subjectivités et les singularités se conjuguent. Le symbole est compris comme une énergie. Sa représentation va, dans un certain contexte d’ouverture, créer une différence de potentiel et susciter par là-même un mouvement, une mise en jeu de l’énergie. La représentation dans le contexte du groupe offre un contenant qui permet d’accueillir toutes les émotions, dont les plus difficiles, en leur donnant la prise de terre du corps. L’accent n’est pas mis sur le processus de l’émotion mais sur celui du ressenti corporel : les émotions sont accueillies, reconnues, mais ce qui nous intéresse, c’est comment le corps réagit.. Robert Bosnak nous livre une clé en affirmant que la conscience a pour rôle non de comprendre mais de permettre aux différentes subjectivités constituant l’écosystème psychique de prendre conscience les unes des autres. Dès lors, des changements en profondeur tenant d’une réorganisation de l’écosystème psychique sont envisageables mais imprédictibles : comme souvent dans le travail avec les rêves, il s’agit de faire confiance à la dynamique globale d’actualisation du Soi, de laisser-faire « quelque chose de plus grand » en se gardant d’interférer avec une théorie ou un objectif particulier.

Au fond, les ingrédients de ce travail avec le rêve sont très simples. Il s’agit essentiellement de mettre en place un cadre contenant dans laquelle la symbolisation pourra se déployer dans un espace sécuritaire où toutes les subjectivités vont pouvoir s’exprimer, avoir leur place. Plus important encore que le cadre fonctionnel que j’ai décrit, qui pourrait être modifié de différentes façons et éventuellement transposé à un travail en individuel, c’est le cadre éthique qui est déterminant pour le déploiement du rêve en constellation. La personne qui facilite doit tenir l’espace comme on le fait en loges de rêves, c’est-à-dire dans une entière non-directivité, suivant simplement le processus en s’assurant que chaque subjectivité invoquée puisse s’exprimer, être entendue. On en revient à une des injonctions chère à Carl Jung : « do not interfere ! », n’interférez pas ! Cette approche éthique du rêve et du rêveur, toujours uniques, singuliers - offre un socle solide sur lequel s’appuient ressentis, émotions et besoins pour s’exprimer dans un cadre limitant. Alors l’indicible, l’insondable, trouvent des moyens de se dire, d’être entendus, accueillis sans jugement. 


* * *

Je remercie toutes les personnes qui ont participé à cette recherche et qui ont contribué à cet article. A noter que je donnerai une fin de semaine d'atelier sur les constellations de rêves en région parisienne les 26 et 27 octobre prochains. Pour plus d'information et inscription, voyez le flyer.

38 commentaires:

  1. un rêve plutôt positif, notons que le noir est ( toujours chez moi ) le symbole du mal ; chien noir, serpent noir, eau noire etc, homme en noir, yeux noirs, cornes noires, nuit etc...et plus metaphysiquement le pouvoir du principe vertical, l'Esprit , l'Ego ou le Verbe qui au commencement des temps, est descendu du ciel pour ensemancer la Terre ( principe réceptif et horizontal ) alors vierge et aride. La fusion des 2 donna la vie : l'eau puis plus tard la vie humaine, ce qui explique la part d'ombre et de lumière en chaque êtres vivants. Notons que les yessidis sont encore aujourd'hui des adorateurs du diable et possèdent un serpent noir à l'entrée de leur temple non pas parce qu'ils aiment le Diable par pour que Dieu puisse lui pardonner un jour d'avoir refuser d'obéir à ses ordres quand il lui demanda de lui apporter de la terre à tous prix pour construire l'homme.

    RépondreEffacer
  2. une dernière chose sur le rêve : selon le bouddhisme tibétain rêver de feu, de vêtements rouge, jaune, de moines, d’objets rouge ( la valise rouge du rêve ), jaune ou de sang par exemple, indique des désordres provenant de l'humeur bile (tripa). C'est donc bien un rêve de désordre des humeurs ou des éléments.
    Comme tout le monde le sait il existe différents types de rêves : de maladie, des humeurs, philosophique, de peur, suite à une prière ou un grand désir, démoniaque .

    RépondreEffacer
  3. Tiens je vous donne le premier rêve d'une nouvelle série de mes rêves qui a 2 mois environ, ça fera au lecteur délite un devoir de vacances, un rêve très clair : je suis dans une réunion artistique ou religieuse, BHL ( ça commence bien...) veut me parler et se ballade avec son nouveau livre qu'il offre à tous les invités mais ça ne m'intéresse pas, néanmoins je veux bien faire l’effort, au moins, d’être courtois avec lui. Je vois ensuite un plus jeune homme juif parce qu'il a une kippa sur la tête et découvre que BHL est son idole et que le jeune homme souhaite lui parler puis le rêve change et je rentre dans une pièce, au centre un enfant repose seul et mort et je suis pris d’une certaine tristesse ou compassion, c’est alors que l’enfant commence à bouger, je m’approche de lui et peut lire ses pensées, il essaye de se relever, je luis dis alors avec assurance et force : relèves toi maintenant ! puis je prend l’enfant dans mes bras. Ma mère à coté dit en parlant de moi : "et dire qu’il voulait un cadeau à son anniversaire" ( mes parents m'avaient rendu visite dernièrement durant mon anniversaire que je ne fête jamais mais cette fois ci je m'étais dit qu'un petit cadeau ne m'aurait pas faite de mal...oui je suis encore un peu humain... ). Je dis alors à une personne présente : - veux tu venir voir la Gloria ? car je veux sortir dehors pour montrer l’enfant vivant aux gens qui le deuillaient ( genre Jesus is back ! ) . Dehors les gens ne se doutent de rien encore et 2 femmes aux cheveux noirs ( 2 coquines surement ) veulent que je parte avec elles dans une voiture noire mais je refuse car je veux montrer l’enfant.
    1 mois plus tard je fais un autre rêve, je suis avec un ancien collège de boulot juif et je lui demande s'il n'a pas une idée de business, il me dit que je devrais aller marcher à Jerusalem, je lui réponds : ah ok tu veux dire que marcher dans une ville sainte peut provoquer une illumination. Il me dit que oui.

    Amen,

    Jesus X

    RépondreEffacer
  4. Ah ! La Gloria…!

    Une petite recherche "bhl gloriole"conduit tout droit à un article* du site Médiapart à propos de BHL, dont voici un extrait :
    « Il est de notoriété publique qu’il aime, tel Narcisse, à contempler son image de penseur infatué, se reflétant dans les eaux sombres de sa perpétuelle autosatisfaction. Fidèle à lui-même, il ne déroge pas le moins du monde à son personnage, et s'adonne à son exercice préféré et à ce qu'il sait faire de mieux: l'autocélébration…
    […………………………………………………………………………………………………...]
    Mais pour M. Bernard-Henri Lévy, ce n’est qu’un point de détail. Il a choisi son camp, niant la réalité des faits et leur cruauté. C’est le prix à payer pour pouvoir se pavaner dans les médias et afficher une gloriole aussi vaine que sa personne. »
    * voir ici : https://blogs.mediapart.fr/seyive-ahouansou/blog/010911/ou-se-verifie-une-fois-de-plus-que-bernard-henri-levy-n-est-qu-un-humaniste-de-papier

    Cet article, qui n’est pas tendre avec BHL, parle aussi de "l’évangile selon Saint BHL", ô Jésus X.

    Aurais-tu un jour lu cet article et pourrait-il avoir le moindre rapport avec ton rêve ou avec ton humble et modeste personne ? 

    Petite méditation de vacances pour toi… ?

    Z :-)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire jeune vacancier imbu de lumière nocturne !

      Malheureusement je ne peux adhérer à tes sous entendus car je ne suis pas fan de BHL ( qui selon moi bosse pour Satan, même sa soeur a fuit vers Jesus après un rêve, j'y vois une punition divine contre lui ) , que je ne lis jamais et que je considère comme un parfait représentant de la Persona, créature reptilienne superficiellement people nageant à la surface des eaux de la mondanité. Persona, tu remarqueras, que je zape gentiment dans mon rêve pour aller voir beaucoup plus intéressant ailleurs qui est cet enfant mort dans l'autre pièce et le faire ressusciter de la puissance de ma compassion et de ma volonté à travers un formidable " relève toi maintenant " presque aussi digne d'un "leves toi et marches" ou d'un "this is spartiat !".
      La Gloria fait donc surtout référence à la Gloire de Dieu, le pouvoir du Christ capable d'accomplir des miracles et cet enfant n'était autre qu'une certaine vitalité perdue de ton humble serviteur qui te répond ici.
      Je prends cependant bonne note de la passion des rêves qui t'anime jeune padawan et t'invite à déposer un rêve à toi ici pour nous rafraichir ensemble les méninges, loin de la masse de vacanciers prolos et vulgaires qui contaminent la mer une fois de plus et qui lise du Onfray dans le meilleur des cas en bouffant des beignets ( un autre zigoto celui la , petit disciplouillard du dimanche de Nietzsche qui confirme au moins dans son cas que la vieillesse est un naufrage et qui n'a plus a faire de sa vie que de critiquer une pauvre gamine de 15 ans ). C'est pour dire comme la télé peut rendre fou, méchant et bête.

      Que la force soit avec toi !

      Djézus X

      Effacer
  5. Ps : saches que je n'en suis pas à mon premier miracle. Dans un autre rêve j'étais nu dans une salle ou tout le monde partouzait sauf moi. Je me suis levé pour sortir et des gardes ont voulu m'en empêcher. Me libérant aisément de ces fachos du sexe je suis finalement sorti pour pisser contre le mur et au même instant il se mit a pleuvoir et je déclarais alors à tous ces vils pécheurs : " voyez la puissance de Dieu ! "avant de me réveiller gaiement.

    Cordialement,

    Djézus X

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Si le cycle des énergies vitales retrouve tout SON COURS NATUREL à travers toi, si les énergies retenues sous pression en toi son remises dans le cycle naturel des énergies, le jet pourrait devenir assez fort pour faire tomber le mur et le miracle pourrait alors être celui de l’apaisement produit par la chute de ce mur qui te sépare peut-être de la liberté de reconnaître vraiment Celui qui Est au plus profond de toi.
      Un travail suivi et sérieux avec et sur les rêves pourrait favoriser cette remise en place du cycle naturel des énergies….

      Cordialement,

      Z

      Effacer
    2. Je ne vois pas trop l'importance du mur dans le rêve mais il semble comme tu le dis si bien que le cycle des énergies vitales trouve déja son cours a travers moi et c'est surement le message du rêve : l'univers et nous ne formons qu'1.

      Effacer
    3. Z permets moi de te dire que tes interprétations sont fumeuses car tu isoles TOUJOURS des éléments de seconde importance pour les mettre au premier plan ( BHL et le mur ) et je t'invite donc à reprendre le chemin de l'interprétation saine et à coller plus aux rêves le plus possible sans imaginer, divaguer et finalement te perdre dans tes propres projections.

      Ton ami,

      X

      Effacer
    4. Amix, je ne prétends pas énoncer à cours sûr la vérité à propos de tel ou tel rêve. Je dis ce que cela m’inspire et chacun – dont toi – en fait ce qu’il veut.
      La première partie du rêve est l’énoncé du problème, l’exposition de la/ta situation. Ce rêve pourrait parler d’une tendance à l’individuation qui te pousse à quitter le grand mélange échangiste, la partouze, où on ne sait trop qui est qui, où les individualités fondent comme neige ou beurre au soleil. Tu manifestes vraiment le désir de sortir de ce magma humain confus non individué et tu te libères des tendances en toi (les "gardes) qui veulent t’y garder, t’y maintenir prisonnier.
      Le mur n’est pas un élément de seconde importance, bien au contraire : il se présente à la fin de cette séquence onirique et représente donc très probablement ce qui est associé à la solution du problème exposé auparavant dans le rêve. La pluie survenant dès que tu arroses le mur pourrait évoquer une première bénédiction du ciel qui accompagne et soutient ton désir d’individuation. Mais il faudrait sans doute pour faire tomber le mur qui continue à faire obstacle sur le chemin de ton individuation/libération que tu mettes plus d’ordre en toi-même et que les énergies en toi ne soient plus aussi dispersées, agitées en désordre.
      Il me semble donc que l’écoute attentive et un travail sérieux sur tes rêves avec un interlocuteur valable, compétent parce qu’il a déjà fait le chemin qu’il te faut suivre, serait d’un grand secours pour aller vers cette individuation qu’au fond de toi, tu souhaites réaliser, quoi que tu en dises…

      Z

      Effacer
    5. Tu imagines beaucoup : un mur qui doit tomber, un interlocuteur dont j'aurais besoin ainsi qu'une individualisation que je souhaite réaliser...voila que tu vends la peau de l'ours avant de l'avoir tué et que tu traces dans le ciel de nouvelles constellations tel un enfant qui s'imagine ,quand il sera grand, qu'il sera chevalier ou pompier...

      Ne penses tu pas plutôt que si le mur avait du tomber l'inconscient aurait envoyé un signe clair comme une fissure dans le mur, au moment de pisser, par exemple ? douterais -tu de l'intelligence du Soi à tel point que tu nous reécrive le rêve ??
      Et puis, d'ou tires tu cette idée que j'ai besoin d'un interlocuteur valable et d'une individualisation que je souhaite réaliser ? ne serais -tu pas plutôt en train de penser à toi même en écrivant ces mots ? ne le sais tu pas encore : que tout ce que nous disons parle plus de nous mêmes que de la " Vérité " ?

      Méfies toi Z car si je sais que tes intentions sont justes et que tu fais beaucoup d efforts je te le dis en vérité, repens toi car tu as oublié ton premier amour et tu prêches maintenant la doctrine de Balaam et des fils de Satan...à tes risques et périls.

      Effacer
  6. "Salut, j'ai décidé de tirer un trait définif sur les rêves. N'ayant pas trouvé ce que je cherchais je n'ai plus de raisons valables de continuer et je m'oriente dorénavant vers une voie plus épicurienne ou zen, au plus proche de la nature et des choses simples de la vie.

    ...

    Je suis devenu trop allergique à l'inconscient et à la pensée en générale pour continuer d'étudier mes rêves et de trop défendre mes croyances mais je comprend maintenant et respecte, le chemin de chacun.

    ...

    Bref le symbolisme dans les rêves pour moi c'est un non négatif..., et c'est irrévoquable !"
    Dixit X dans les precedents post...

    Ps: parce il suffit de laisser agir les gamins capricieux sans les gifler... parce que la bêtise d'un égo qui a récupéré quelques concepts spi pour en faire sa sauce peut être franchement odieuse parfois... parce que cet article méritait tellement mieux que ces commentaires!!!

    RépondreEffacer
  7. Merci Marie de ta contribution philosophique à notre discussion et de l'importance que tu accordes à la propreté de cet article qui ne doit en aucune manière être atteint et sali par ma bave de crapaud, je suis bien d'accord.
    J'attire toutefois ton attention sur les crasseux propos que tu viens de rajouter qui sont bien de moi et qui surtout, viennent salir , un peu plus , hélas, la pureté de ce blog.
    Il semble donc que ton intervention ne vienne mettre qu'un peu plus de chaos au chaos et te prie de nous expliquer cette erreur stratégique de ta part.

    Cordialement,

    X

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. De la bêtise disais-je... "ces commentaires" incluait le mien évidemment
      Cela ne te fais donc rien d'être renvoyé à ta propre hypocrisie?
      Attends, laisse moi deviner, là tu vas me dire que tu ne peux pas me repondre puisque ça polluerait un peu plus ce blog!

      Effacer
    2. De la bêtise pourquoi ? qu'est ce qui est bête ou pas ? suis - je vraiment hypocrite ? selon tes critères personnels et subjectifs peut être mais selon les miens ?

      J'y vois plutôt la multiplicité de la mer infinie : la capacité de me renouveler régulièrement et de devenir tour a tour oriental, mugissant, lourd, bleue, calme, terrible, tiède, bas, double, fécond, polaire, sinistre, doux, vaste, méditérannéen, gris, brillant, adriatique, désert, torridien, hyperboré, plein, fort, immense , terrible, épouvantable, admirable, ancien, orageux, sombre, triste, montant, voisin, furieux, lointain, étale et intérieur.

      Choisis maintenant 4 numéros de 1 à 22 et je vais te tirer ton tarot mais avant je vais te raconter cette petite histoire : un jour , au début, quand j'ai commencé à étudier le tarot, la carte du Fou est tombé par terre. Evidemment je savais instinctivement qu'il faut faire attention à ce qui tombe par terre car c'est souvent un signe et après avoir brièvement regardé la carte au sol, j'ai vu l'ombre chinoise du Fou marcher sur le mur de mon salon ! dans la lumière du soleil qui rayonnait sur le mur...le tarot avait retrouvé son maître. et c'est pourquoi ceux qui me connaissent m'appelle " el grande maestro del Tarot ! "

      https://media1.tenor.com/images/ad686ebb60b628f4eee144b8e466a935/tenor.gif?itemid=13479406

      Effacer
    3. Ah oui c'est vrai que c'est aussi une de tes stratégies: invoquer le multiple ou le paradoxe, employer des grands mots ou des envolées lyriques, le tout pour bien noyer le poisson.
      Il aurait été intéressant pourtant (peut-être) que tu nous relates quel basculement te permets de passer d'un discours aussi déterminé et la volonté de créer ton propre blog, à errer continuellement sur ce blog, en plus en y postant tes rêves!(d'ailleurs aucun intérêt puisque tu réfutes systématiquement les pistes que les autres te renvoies)
      Et me voilà encore en train de croire que je te parle, comme si un mur pouvais percevoir quoique ce soit...
      Non, c'est bon epargne moi une autre bouillie où tu prononceras beaucoup de mots pour ne finalement rien dire, ça y est je suis écoeurée...
      Et puis la réponse on l'a déjà:"C'est le prix à payer pour pouvoir se pavaner dans les médias et afficher une gloriole aussi vaine que sa personne"
      Promis, c'était la dernière fois que je m'adressais à toi, promis j'ai vraiment compris cette fois que c'était vain.
      Tu veux faire un tirage à mon sujet, je t'en prie, amuse toi, mais tu n'as pas besoin de moi, tu peux faire ça en pensant très fort à moi!

      Effacer
    4. Femme de peu de foi,

      Un tirage d'Abraxas n'a pas de prix et pourtant tu préfères cracher dans la soupe et telle une bourgeoise aveugle versaillaise tu sors de l'église et tu passes à coté du pauvre mendiant dont j'ai pris l'apparence sans même lui donner la piècette...
      Et bien soit ! le Tarot d'Abraxas te seras à jamais interdit car tu ne le mérites pas et au fond de ton coeur tu le sais, toutes les vérités ne sont pas bonnes a dire et ma lumière tel un tsunami risque de te submerger.
      Saches quand même que ton arrogance ne sera pourtant pas condamné par le Dieu même si d'autres n'ont pas eu ta chance et sont soit morts, soit en prison soit sous l'emprise de multiples démons car je maitrise aussi l'Art Obscur, le Pouvoir de la Nuit, la magie noire des anciens sorciers de Babylone, celle la même qu'utilisa Miralepa pour se venger.

      Adieu !




      Effacer
    5. Il me faut tout de même insister sur le fait que les gens qui m'ont rencontré sont soient devenus fous, soit morts, soit ont été atteint de la Grace et son devenu des sages. Dois je te rappeler mes tous premiers rêves alors que je n'était qu'un adolescent pleins de promesses :

      - le paysage est blanc et de nombreux sages en robes blanches me font face, je reconnais Aurobindo et Mahrashi et l'un d'entres eux me dit : viens avec nous !

      - je suis dans une forêt et un grand arbre à l'écorce café est baigné de lumière d'or.

      - je suis moi même un arbre immense dans un jardin de Paris

      ou encore :

      - je vois au loin une montagne recouverte de forêt et me dis que cela sera difficile puis je me retrouve subitement au sommet et vois la mer bleue étincellante.

      Alors je te pose la question : qui est tu ? qui est tu pour vouloir troubler la sagesse du Juste ?

      Vas donc, retournes parmi les tiens et saches rester à ta place. Abraxas n'a pas de temps a perdre avec les gens de mauvaises volontés qui refuse de grandir et de voler avec les aigles. Le tonal te controle et le nagual n'est pas pour toi.

      Filoches coquines ! avant que je ne change d'avis et que ma malédiction ne s'abatte sur toi...ma patience à ses limites que tu ne souhaites pas connaître tu peux me croire.

      Effacer
  8. ps : oui nous méritons tous mieux et même cet article mais il semble que "mieux"ne soit pas dans les plans de Dieu et qu'il se soit contenté depuis un certain temps d'un " y'a rien d'autre et si t'es pas contente et bien tant pis pour toi , sinon t'avais qu'a le faire toi même ce mieux ! " .

    Gloire à la sagesse de Dieu qui nous protége du "mieux"qu'il peut des femmes !

    X

    RépondreEffacer
  9. " Il aurait été intéressant pourtant (peut-être) que tu nous relates quel basculement te permets de passer d'un discours aussi déterminé et la volonté de créer ton propre blog, à errer continuellement sur ce blog, en plus en y postant tes rêves! "

    Surement parce que je suis trop balèze et qu'aucun virage ne m'est impossible mais aussi parce que l'inconscient n'avait aucune aventure sérieuse à me proposer jusqu'à dernièrement ou je suis en route vers Jerusalem avec l'espoir d'une belle illumination. Je viens justement de voir dans mon dernier rêve :

    - je vois au loin des montagnes marrons escarpées et niché au creux de l'une d'elle , le "dome du rocher" qui brillait en or. J'essaye d'avoir une vision panoramique du paysage mais je n'y arrive pas...

    A moi les lingots, à moi le magot, de fort jerusalo ! barbecue gratos sur l'esplanade du mur des lamentations , dj, girls, tequila ...

    RépondreEffacer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

    RépondreEffacer
  11. Ne pouvant me résoudre à l'unique vision linéaire de Marie, j'ai décidé de parler ce matin et de révéler quelques secrets puisque je possède l'octuple vision des choses ;

    Marie a dit : " Il aurait été intéressant pourtant (peut-être) que tu nous relates quel basculement te permets de passer d'un discours aussi déterminé et la volonté de créer ton propre blog, à errer continuellement sur ce blog, en plus en y postant tes rêves!(d'ailleurs aucun intérêt puisque tu réfutes systématiquement les pistes que les autres te renvoies) "

    L'une des raisons qui a pu me pousser à abandonner les rêves est la découverte de la Nature de l'inconscient : l'inconscient est du mental qui s'intéresse en premier à sa propre survie et à sa propre jouissance. Pour se faire il utilise les rêves pour attirer le chaland. Le jeu de l'ombre et de la lumière n'est donc que duperie mentale qu'il tente de nous faire avaler comme des couleuvres afin de maintenir son controle sur les hommes. Ce qui se joue derrière les rêves , bien au dela de la sagesse ou de l'ignorance, est la survie de l'esprit, de cet esprit, qui a pris la mauvaise habitude de penser qu'il est maintenant le boss et qui controle les hommes sans même qu'ils s'en rendent compte...car nous ne sommes pas le mental et que par conséquent l'ombre et la lumière ne parle pas de nous mais de l'inconscient , de sa double nature.

    A méditer.

    RépondreEffacer
  12. La seconde raison est l'absence de pertinence ou de révélation des rêves. En somme beaucoup de blabla et pas d'action ; ou sont les numéros gagnant de l'euro millions ou le remède naturel du cancer ?

    La troisième raison est l'énergie dépensée a étudier les rêves qui affecte le corps. En effet, l'énergie disponible par jour est limité et il importe en premier lieu de maintenir un état mental confiant et un corps solide. Un esprit sain dans un corps sain requiert une tête froide et des pieds au chaud or l'étude des rêves demande un certain effort intellectuel qui consomme pas mal d'énergie. On sait aujourd'hui que la pensée consomme au moins 20 % de l'énergie totale de la journée, énergie qui se fera forcément au détriment de la santé psychique ou physique. Etudier les rêves est une plus une forme de sacrifice qu'autre chose.

    La 4 ème raison est le foutage de gueule assez évident de l'inconscient et son insolence à mon égard, ses tendances à vouloir me défier, à jouer avec plus fort que lui et à croire qu'il en sait plus que moi. Il ne peut y avoir 2 lions sur le même territoire et je réfléchis actuellement à une punition exemplaire qui lui donnera le gout d'aller voir ailleurs ou d'exploser définitivement mais j'éprouve encore trop de compassion ou de pitié à son égard, je n'ai pas encore vraiment tranché sur le sujet. Après tout je suis responsable de tous les phénomènes de ma Supra Conscience comme un Père avec ses enfants et j'ai du mal a me résoudre à son annihilation définitive. J'essaye donc de garder ma patience er de l'éduquer correctement même si c'est difficile.

    RépondreEffacer
  13. Dans un monde ou rien n'est gratuit et le profit est carrément Empereur, il importe que l'inconscient soit productif comme tout le monde et participe au bon fonctionnement de la société. Malheureusement, j'ai de plus en plus de mal a evalué son poste au sein de l'entreprise et commence sérieusement à me demander s'il ne serait pas gilet jaune ou pire un de ces fonctionnaires de l'Elysée voir pire encore un migrant violeur et voleur qui vit au crochet de ma sueur et de mes impots. Un audit interne se déroule actuellement afin de tirer les choses au clair et de savoir si nous ne sommes pas face au roi des arnaqueurs ou à un nouveau JCVD ...

    Inconscient, rends le pognon !

    RépondreEffacer
  14. Journal de bord 22 Aout du capitaine Abraxas...

    L'inconscient m'emmène inexorablement la ou je ne veux pas aller, je ne sais pas si je survivrais, j'ai peur...des tentacules immondes...il faudrait peut être que j'en finisse...mais non je n'ose pas y penser...adieu mes amis rêveurs !

    Mais non je suis Abraxas j'avais oublié, j'ai flippé...mais par contre une chose est sure et la c'est du sérieux : je n'ai plus de chocolade dans ma cuisine et la je dis attention avec un grand A ! alerte Générale avec un grand J ! alors je résume pour mes fans : plus de paté, plus de pinard et plus de fromage qui pue , c'est la déprime totale !!! je vais être obligé d'aller en acheter et au Mexique c'est pas donné mais tant pis, hein, si faut vendre le chien je vendrais le chien de mon fils, de toute façon il bouffe que des croquettes de merde et donc le chien est lui même inbouffable malheureusement ( quand au chat je lui ai rendu sa liberté lors de mon dernier déménagement donc il faut pas compter sur lui non plus pour être productif ).
    Le monde est vraiment pourri, y'a plus de valeurs, mon fils boit du coca, la boisson des gosses et des gogolitos et j'essaye de lui expliquer que les vrais hommes boivent du vin, j'ai beau lui dire : " vas chercher a ton père une bonne bouteille de rouge à la superette bordel ! et ben non toujours cette saloperie de coca... je vous le dis, le monde pars en couille grave, le réchauffement à coté c'est rien. NADA !

    XXX

    RépondreEffacer
  15. Hello par ici !

    Le Rêve de cette femme m'a intéressé,

    "Je suis sur un lieu sinistré dont je fais le tour comme pour y faire mes adieux. Je suis en hauteur. Le lieu est inerte, désert, triste et froid, une eau glauque noirâtre a envahi les lieux au sol."

    Faire verbaliser les images, il en ressort un point de vue intéressant également. Qu'est que le rêve dirait si il pouvait parler ?

    "Faire le tour du lieu comme pour y faire ses adieux",
    Dans le langage courant on a exactement l'expression qui décrit ce mouvement et il s'agit de :
    "Faire le tour de ... [la question, du travail]"
    En règle général, cela sous-entend la décision de passer à autre chose après y avoir mûrement réfléchi.

    L'eau noir décrit des erreurs commises qui ont de lourdes conséquences, le genre d'erreur qui entache une entreprise et ses dirigeants durement et durablement.

    "Je suis habillée d’une façon élégante et raffinée qui me va bien. Je ne suis pas atteinte par cette noirceur."

    Le deuxième paragraphe appuie et contraste avec le premier en insistant sur la hauteur qu'a prit la rêveuse par rapport à la scène.

    Puis viens Le troisième paragraphe :

    "Je perçois que mes collègues dirigeants sont là, je ne les vois pas sauf celle qui assure l’intérim de mon poste de direction et qui m’aperçoit. Elle me lance « tu es belle ». "

    la première partie pourrait être verbalisé par :
    "Hors de ma vue !" à ces collègues.

    La seconde partie du paragraphe en revanche confirme les paragraphes 1 et 2, elle est resté en hauteur, elle n'a pas été salie par l'eau noire, voilà qu'à présent et pour la troisième fois on la rassure de nouveau, une reconnaissance explicite lui est donnée par quelqu'un de même stature qu'elle, qui reconnait sa vertu : "Tu es belle".

    Le quatrième paragraphe :
    "Je m’approche alors de ma petite valise rouge qui est ouverte, où un grand sac de terreau universel prend toute la place. Je me dis que ce terreau n’est plus adapté à la situation à venir et je le remplace par un sac plus petit d’engrais pour rosiers."

    En verbalisant la scène j'obtiens :
    "Je fais mes valises, je pars léger"

    Si on s'arrête un peu sur les images, on peut parler en effet de surcharge de la valise. "Charge pas trop la mule"
    La comparaison entre le terreau "Universelle" à une sorte de "Fourre-tout" semble judicieux, semble t-il en lien avec la volonté de développer n'importe quoi qui donne des fruits. La quantité étant de mise à priori plutôt que la qualité, car on veut que tout l'espace soit occupé dans la valise.
    On ressent bien la logique de rendement du manager.

    La métamorphose apparaît ensuite, on change la quantité par la qualité, et on passe du généraliste à du spécialiste.
    Du terreau fourre-tout, la rêveuse a prit la direction de la rose, ce qui semble confirmé l'hypothèse de la qualité face à la quantité, la rose étant surnommé "La Reine des fleurs", les fleurs symbolisant également les vertus de l'âme.


    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

      Effacer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

      Effacer
    3. Merci Nathan pour cette réflexion. C'est une excellente analyse que je communiquerai à la rêveuse.

      Effacer
  16. J'ai supprimé le commentaire de X que j'ai trouvé désobligeant. Il y a des limites à ces comportements...

    RépondreEffacer
  17. Bonjour les amis,

    Mais enfin, nous sommes entre Gentlemen ne l'oublions pas !

    Je pensais Nathan est assez grand pour juger par lui même de mes commentaires et pour répondre selon son bon plaisir d'autant plus que cette idée de verbalisation m'a semblé excellente et c'est pourquoi je me demandais si elle était de Jung, d'un autre ou de lui, il n'y a rien de désobligeant dans cette affaire et je présente mes excuses pour ce léger désagrément.
    En ce qui me concerne, je ne tiens évidemment pas toutes mes théories de moi même et je chippe à droite à gauche comme le faisait déja les philosophes grecques illustres de l'antiquité qui n'avait pas comme nous cette idée de la propriété intellectuelle qui est assez bancale il faut bien l'avouer puisque les écrivains écrivent avec des mots qu'ils n'ont pas inventés et que les idées surgissent du néant plus que du moi mais ceci est une autre histoire, qui je l'espère, fera l'objet d'un commentaire fourni de ma part , dans le futur.
    Quoiqu'il en soit je félicite aussi Nathan pour son bon français qui semble bien meilleur que le mien et qui a le plus retenu mon attention, pardonnez moi cette note si étrange et superficielle de ma part mais je n'étudie plus mes rêves en ce moment, ceci explique surement cela.
    Oui, j'aspire à la légèreté de l'être , loin , très loin de l'Inconscient trop sérieux à mon gout et je préfère tremper des madeleines dans mon thé en conversant de rien et de tout et de tout ou rien puisque je ne sais plus vraiment si le tout n'est pas rien ou le rien n'est pas tout.
    " Nathan, vous reprendrez bien une tasse de thé de jasmine que j'ai spécialement fait importé de chine grâce à ce vieux monsieur Chang mon fidèle serviteur, mais regardez dehors mon ami, le monde est en flamme ou arrêtez moi si je me trompe, n'est ce pas magnifique !"
    " Vous ais je déja raconté cette histoire alors que j'étais au Vietnam et que mon régiment fut attaqué, l'histoire est très longue vous savez, nous étions encerclés et fait comme des rats non loin de la rivière Tanpei et il ne me restait plus qu'a fumer un dernier cigare et c'est alors que je décidais de mettre la sonate pour piano no 16 de Mozart à plein volume pour mourir avec dignité quand tout à coup..."

    X

    RépondreEffacer
  18. Tout a coup disais-je ! oui, tout à coup !!
    Un bruit de tonnerre de diable traversa le ciel et ce qui ressemblait à un homme nu, aux cheveux longs et blonds portant une cape couleur pourpre, atterrit avec grâce au milieu du champ de bataille. Dans sa main gauche il tenait un gros gode rose en plastique et dans sa main droite un cristal vert, une fluorite pour être exacte si mes connaissances en cristalogie ne me font défaut puis il prononça ces mots que je n'oublierais jamais mais jamais vous pouvez me croire tant sa voix était puissante :

    - je suis Abraxas bitches !

    Ne sachant pas trop si c'était du lard ou du cochon ou si j'étais simplement bourré de ma last but not the least bouteille de mezcal 20 ans d’âge que je venait de m’enfiler en rat, planqué dans ma tente ou si j'étais déja mort, mon premier réflexe fut de lui demander au nom de la couronne royale s’il était un homme ou un dieu car le bougre de personnage qui semblait sourire ne m’inspirait pas plus confiance que le viet au visage haineux qui, s’il n’avait pas été paralysé sur le champ par cet être étrange m’aurait, sans doute, transpercé de sa bayonnette puis découpé en sushi pour me bouffer tout cru, lui et sa bande de sauvage, qui nous chargeait et qui comptait bien annihiler le 11 régiment d'infanterie de marine de la Reine d'Angleterre dont j'étais l'humble commandant.
    Vous ne me croirez pas cher ami mais Abraxas traça alors dans mon esprit, comme je vous vois, le symbole suivant qui répondait à ma question et déterminait sa véritable nature :

    ] x;+∞[

    C'était à ne pas douter un immortel dont les connaissances dépassaient les miennes mais aussi celles de tous les hommes, femmes, vaches, poules, lapins, feuilles, pierres et morceaux de bois de ce maudit Vietnam ou il ne s'arrêtait jamais de pleuvoir, ou nous nagions en permanence dans la boue et la merde et surtout ou notre seule satisfaction était la prise massive de LSD et de mauvais haschich. Nous étions en 1969 mon jeune ami, l'année du cochon grillé.

    X

    RépondreEffacer
  19. Journal d'Abraxas du 16 sept 2019 : " l'inconscient est fou, ne sait pas rester silencieux, souhaite perturber ma paix intérieure, veut exciter le mental. depuis 1 mois seul environ 2 rêves ont réussi à remonter : rêve 1 ; je parle avec Jodorowsky par internet et il me demande si ça va, je lui écrit : 0000111( symbole d'une fleur à 4 pétales)22( symbole d'une fleur à 4 pétales)5.
    Il me répond : oui, c'est exactement cela ! je sais très bien ce que j'ai écrit : le 0 est le chiffre du Néant, le 1 de la vie, le 2 de la dualité, la fleur de la Nature, le 5 de la famille.
    rêve 2 : une voix me réveille dans la nuit qui dit : réveilles toi au Maroc !
    En me réveillant je me demande si je suis vivant et si je ne suis pas mort un jour que je marchais au Maroc ce qui indiquerait que ma vie actuelle est un rêve puis cette idée me semble ridicule et je pense à l'histoire du papillon de Chuang Tseu, de tout manière qu'importe si j'étais vivant ou mort car je suis, dommage pour l'nconscient ce genre d'astuce ne marche plus avec moi...je me dis finalement que l'inconscient est vraiment fou et n'a vraiment rien d'autre à faire dans sa vie que de me réveiller avec ses fantaisies mais peu importe car je me rendort du sommeil du Juste. Je lui ai déja retirer 90 % du pouvoir qu'il avait sur moi : mon attention. J'ai mieux à faire que d'écouter l'inconscient qui n'a plus rien à m'apprendre. Aurais je atteint l'indépendance du Sage ?

    RépondreEffacer
  20. l'inconscient n'est pas fous Mr X, il donne des pièces d'un grand puzzle au hasard, à nous de trouver comment les pièces s’emboîte les unes avec les autres.

    Si il y a bien une chose en quoi je crois venant de l'inconscient ou de l'invisible, c'est le symbole. Toutes les religions en sont truffés, toutes les doctrines ésotériques également, ce n'est pas un hasard.

    Soit plus "simple" avec les symboles, il ne sert à rien d'extrapoler quoi que ce soit. Si il n'y a aucun sens avec un rêve, c'est qu'il est attendu que d'autres rêves viennent dans le future pour l'expliquer. C'est ce que j'ai finalement réussit à comprendre après quelques claques dans le museau.

    Cordialement

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Cher ami,

      Je ne peux pas juger du votre mais le mien est fou quand il me réveille en pleine nuit car je n'aime pas les jeux de société et encore moins les puzzles. Est ce que moi je réveille les gens la nuit pour jouer aux devinettes ou est ce que j'envois dans leur conscience des idées ou des images tordus, saignantes etc... ? non évidemment car je sais me tenir en société ! je laisse dormir les voisins qui ont suffisamment de problèmes comme ça dans leurs vies de tous les jours et qui ont surtout besoin de passer une bonne nuit récupératrice. Un esprit sain dans un corps sain.

      J'attends donc de lui un comportement et une sagesse exemplaire s'il veut converser ou mon aide car je suis disposé à aider tous les gens de bonnes volontés. Je l'invite d'ailleurs à se chercher un psy plus compétent que moi qui aura la patience de l'écouter, je ne suis malheureusement pas soeur Marie Thérèse, que voulez vous , je suis comme je suis.

      Par contre, je suis suffisamment grand pour résoudre le puzzle de ma propre vie. Tout ce que je sais je le sais surtout de moi même, ma simple raison est suffisante et les rêves ne m'ont jamais aidé.

      Je peux vous dire cependant que la course à pied a des effets très positifs sur moi. L'intelligence de l'adn est très prometteur...peut être est il jaloux ?

      Cordialement ,

      Mr X

      Effacer
    2. je pense que la première grande erreur à ne pas commettre c'est de considérer l'inconscient comme un "enfant".

      Être réveillé en pleine nuit, si j'avais été à ta place, j'aurais noté soigneusement l'heure à la minute près, il y a beaucoup d'informations à en tirer de l'heure où on est réveillé (Kabbale). Mais ça après, c'est de ma propre expérience, il est vrai qu'il y a plusieurs sortes de rêveurs.

      cordialement,

      Effacer
    3. Très cher ami,

      Je comprends bien, il fut un temps ou moi aussi je pensais comme vous et voyais l'inconscient comme un grand sage caché dans l'obscurité mais les années ont passé , beaucoup d'eau a coulé et je crois pouvoir dire aujourd'hui que les illusions sont finalement perdues.

      Que cela ne vous arrête pas bien sur, il faut aller au bout de cette pensée symbolique, de ce chemin de rêves qui selon moi n'est qu'une étape de la vie. Il n'y a pas d'erreur, il n'y a que des changements de chemins.

      Ce que je vise est la sagesse, la santé et la joie de vivre : chose que l'inconscient ne peut me donner et j'en suis au fait que ce n'est plus moi qui ai besoin de lui mais lui qui a encore besoin de moi. Un comportement d'enfant j'appelle ça...

      Amicalement,

      Mr X

      Effacer
    4. ps : je pratique maintenant la contemplation, la pleine conscience mais uniquement sur les choses que j'aime : paysage, la bouffe etc...surtout ne pas le faire sur les choses qu'on aime pas, c'est chiant et déprimant. De plus ça purifie l'esprit de l'excès de pensées. Vous parliez d'informations mais nous en sommes gavés et boulémiques.

      Bonne Route,

      X

      Effacer